dimanche 26 novembre 2006

Les pompiers ont bon dos

C'était le 14 juillet 2002 je crois bien, j'allais à mon premier bal des pompiers avec mes amis et celui qui partageait alors mes week-ends et mes 2/3 soirs hebdomadaires ou j'avais besoin de tendresse.

J'avais dansé devant lui vraiment, sérieusement pour la première fois il me semble, ça l'a emballé, presque fasciné puisqu'il a trouvé que je dansais admirablement bien et de manière ô combien sensuelle (ceux qui me connaîssent comprendront alors ou le bas blesse!).

Après qulelques farandoles endiablées, quelques salsa langoureuses sur du Patrick Bruel, nous avons décidé de rentrer.
Il était 02 heures environ, nous devions alors affronter quelques kilomètres à pieds et tout le monde sait à quel point cela use les souliers. Et j'avais très mal aux pieds avec mes belles sandalettes cloutées à talons, très très mal aux petons. Il l'a su. Il a alors enlevé ses Nike Air taille 45 pour que je les mette le temps du chemin retour et lui est rentré à pieds malgré les seringues pigaliennes, les pétards montmartriens, et les morceaux de vers anversiens!

Alors à tous, je vous le demande, si c'était pas de l'amour ça, qu'était-ce donc alors?
Quoiqu'il en soit et peu importe ce que c'était, aujourd'hui, la tout-de suite, c'est ça dont j'ai besoin.

1 commentaire:

Sitti a dit…

Magnifik tt simplement, Mel tu me rend mélancolik