jeudi 4 janvier 2007

Un jour, j'attraperai la queue de Mickey

"Les mots peuvent décrirent de grands maux...
Un grand penseur (panse heur), décédé depuis, disait que même lorsqu'on ment on dit toujours la vérité...
Ce qui est Vérité n'est donc pas ce qui est dit mais la façon dont c'est dit... Il est donc toujours question d'un journal intime si on va au delà des apparences..."


Grâce cette réflexion laissée récemment par une personne fort influente de mon entourage et fort bien intentionée au demeurant, me voici plus apte à la fiction ici-ou du moins à la légère modification de quelques épisodes de ma vie- puisque de toutes façons, quoique je dise ou que j'écrive ma signature reste prégnante.

Ces vacances ressemblent de bien trop près à une parenthèse enchantée:
J'apprends qu'Isidore me lit car il aime mon style, que Manu dont j'admire la touche depuis quelque, admire la mienne également et Noémie m'affirme hier que je suis une fille superbe et que même si certains pensent que je suis parfois fausse, je reste toujours moi-même. (cf article "en avoir ou pas")

De plus, cette nuit , un rêve mégalo m'accapare : mon blog est publié en grand format rose, à taille humaine presque, du moins à taille infantile et trône dans les bibliothèques pour enfants. Je commence à récolter quelques fans et je me rends compte dans mes statistiques que les gens que j'aime ou que j'admire le plus au monde me lisent quotidiennement.
La consécration quoi. Onirique, certes, mais la consécration quand-même!

Sentimentalement démissionnaire..., allez vous alors certainement penser. Pas exactement, non...

Déjà, j'aurais eu du mal à imaginer il y a quelques mois que David-mon Patriiiick à moi- me présente son meilleur ami un jour et que cela m'excite par dessus tout de sortir avec lui pour être avec mon idole, par procuration.
Mais ce qui est plus fou encore,et que vraiment jamais je n'aurais pu croire en voyant Michaël pour la première fois (le pote de David donc)c'est que j'allais un jour m'intéresser à lui, pour lui.
D'ailleurs, jamais David n'aurait pensé que ça aurait pu coller avec Michaël, pas assez bien pour moi se disait-il sans doute.(avait-il raison?)
Instable aussi, beaucoup. Mais loin d'être lisse, comme moi, exprès David a fait fi de cet aspect la, n'est pas stratège qui veut!

Bêtement, je disais hier à Anais que Michaël représentait un défi pour moi, que je mesurerais ma valeur si je devenais La fille avec qui il voulait construire. Il paraît que penser cela relève d'un orgueil pathologique. Je trouve au contraire cela triste car relévant plutôt d'une mésestime poussée de soi-même.

Bref, je suis La fille et lui est en phase de devenir Michaël et non le pote de David-Patriiiick.

Noémie m'avait toujours affirmé que le jour ou je tomberai amoureuse, ce sera d'un être ne correspondant en rien à tous mes critères (grand, mince, maigre, torturé, looseur, drogué, passionné, fan fan fan, beau à se damner comme une fille ou un Samuel Benchetrit...)

J'aimerais un jour donner raison à Noémie, attraper la queue du Mickey, oui : la est mon rêve, encore plus beau qu'un rêve de gloire bloguesque.

Mais, la partie n'est pas gagnée, je suis très très très maladroite...

4 commentaires:

Hapax a dit…

Meilleurs vœux également !
L’année commence bien, parmi les mystères que le nouvel an lève, je viens de comprendre ce qui m'attire sur ton blog ! Je ne suis pas grand (i.e. moins d'1m80), peux prétendre être mince à condition d'inspirer un grand coup, ne suis plus maigre, torturé aucunement (quoique déjà qualifié de "plus compliqué qu'une fille"), looseur nullement, drogué à nada (le travail ça compte pas), trop rationnel pour être passionné, fan fan fan ? trop rationnel disais-je, et je ne ressemble pas à Samuel Benchetrit... Nous voici revenus aux bases : faire connaître à ses lecteurs ce qu'ils ignorent. Nous voici antagonistes et ainsi, sans ce blog, je n'aurais jamais rien connu d'une femme telle que toi ! :-))
Mais une partie de cette femme, seulement… « la vérité est un miroir brisé » : tu ne nous en brandis qu’un morceau et nous espérons, pourtant, la détenir tout entière !

-M- a dit…

C'est joli, très joli! j'aurais du ajouter "littéraire" à la liste de mes critères. Comme quoi...

Hapax a dit…

Avec un bac C, je peux prétendre ne pas être littéraire pour rester antagonique (parfois, les poles opposés s'attirent...) ?

in-time a dit…

Je ne me savais pas si in-flu-ente (un flux hante) et in-tentio-née (un tensio né). La citation est un hommage bien grand par rapport à de si gros maux.