mercredi 16 mai 2007

Quel cul(ot)

C'est à 18 heures que j'ai fumé mon unique joint de ce jour d'investiture présidentielle et pourtant, je me sens (encore) bien.
Voilà même que j'adopte les parenthèses.
Il ne me manquerait plus que les points de suspension pour sombrer définitivement dans Madame la Vacuité Prétentieuse. Allez, je m'y colle....
Ce soir, je me suis faite draguer. Par le mec qui vient d'ouvrir une pseudo galerie d'arts-salle de concert-salon de thé juste à côté de MON immeuble.
Il pleuvait, forcément, je passais devant sa porte pour rejoindre le métro Anvers (en vue d'aller à Rome (Paris) bouffer du Virginie Ledoyen au théâtre), il me voit et tel un alpagueur des rues de Pigalle, me demande de rentrer visiter sa pièce plutôt que d'être sous la pluie. Et moi de louer l'existence des parapluies.
J'entre tout de même. Il me vend sa salle et blabla qu'une telle chanteuse vient foutre le feu le lendemain, qu'il faut que je la voie et blabla qu'il peut me louer sa salle pour mon anniv'.

Défoncée, je tremble un peu lorsque je lui laisse mon mail sur son carnet de gonzesses, demandé par Monsieur pour, soit disant me tenir informée des prochains "évènements" CUL-turels de sa pièce grande comme mon studio.
Je lui dis que je tremble, il me dit trembler aussi, alors je lui réponds que ça doit être le coup de foudre.

Bilan, pour vivre heureux, vivons défoncés.

Sinon, la pièce de théâtre "Irrésistible" est pas mal : Virginie L. y est bonnasse et Arié Elmaleh se voit prêter 2 jeux de scène marrants et 3 phrases rigolotes.

Anais a besoin de moi sur msn.
A la relecture... (bénis soient ces points là)

2 commentaires:

Inavouable a dit…

(heing ?
non, rien)

permafrost a dit…

virginie Ledoyen n'est pas bonne, elle est belle. non mais.