mercredi 3 octobre 2007

T'es toi quand je parle

«Une condition capitale pour toute jouissance, c'est de se limiter

Sören Kierkegaard - Extrait de Le Journal d’un séducteur


Il a pioché dans ma bibliothèque puis m'a demandé, cachant l'objet derrière lui, lequel il avait bien pu s'approprier. Instinctivement, et parce que c'est mon livre préféré, j'ai répondu : "Journal d'un Séducteur"?
Dans le mille.
Pour ce genre de détail, Simon, c'est un peu la famille, les murs. Une famille secrète, sinueuse, un mur parfois rose, parfois rouge, blanc souvent, noir parfois, mais gris, jamais.

Livre prété, annonce d'une prochaine soirée fiche de lecture.
Puisse t-il lire vite...

Simon, c'est mon intermittent es soirées ado à la sauce Woody Allen.
C'est le seul mec qui ne connaît pas Mika, qui n'a jamais entendu parler de Rihana (la chance!), à qui j'ai fait découvrir "la tortue" et Julien Doré!

Il m'a avoué il y a peu qu'il avait failli tomber dans le piège de l'amourachage avec moi, l'été dernier, car il m'avait sentie "vraiment moi-même".

"A l'aise plutôt", ai-je rectifié :
"je peux être moi-même et à l'aise, mais mal-à-l'aise, c'est aussi moi. Moi, touchée, mais moi."

Petits cons conscients de nos atouts respectifs, nous nous voyions, le soir dernier filmés 24h/24 créant la révolution de la tv-réalité.Un tabac, ce ne pourrait en être autrement. "On serait pas mal censurés quand-même..."

"-Tu crois pas que tout un chacun, dans sa petite vie lambda, ne croit pas pouvoir intéresser tout le monde, prétendant que ses soirées sont plus belles que tes nuits?
-Oui, et alors? Ca change quoi?"


Pour ce genre de réponse, Simon, tu es et resteras the mec to be.

4 commentaires:

fred680 a dit…

juste un mec bien en somme

-M- a dit…

Au diable cette expression!

Fred680 a dit…

destestes tu aussi le poncif qui veut que les filles rêvent du prince charmant mais ne sont attirées que par les bad boys?

-M- a dit…

Non, je ne le déteste pas. J'ai toujours rêvé au bad boy charmant moi, ça doit être pour ça!