dimanche 26 novembre 2006

Journal intime


13 novembre


Dans une quelconque chanson écoutée aujourd'hui, une quelconque chanteuse présentait ses excuses auprès de son aimé, blessé de ne pas figurer dans ses mots (son journal intime sans doute) et elle de le convaincre qu'elle n'écrivait pas sur ce qu'elle aimait,sur ce qui allait bien, sur ce qui la rendait heureuse. Non, elle écrivait sur ce/ceux qui la faisait souffrir, ce qu'elle voudrait changer, ce/ceux qui l'aidait à continuer à se plaindre.
Et moi, je crois que me plaindre, critiquer, c'est exister...

Hier, j'aurais pu être cette chanteuse et le lecteur déçu se reconnaîtra sûrement et je le salue. Je voudrais qu'il sache qu'à bien y réfléchir, je crois que la chanteuse quelconque a raison. C'est vrai ça, je ne parle pas de Prune dans mon journal intime, je ne parle pas de moi, j'en parle au travers des êtres transparents, je ne parle pas de toi, lecteur d'hier sauf comme faire-valoir, je ne parle pas de ce qui va, je ne parle pas des enfants, je ne parle pas des films qui m'ont rendu heureuse, des folles soirées passées avec mon groin, du baume au coeur que j'offre à tous les gens qui me côtoient, de ma joie de vivre, de ma créativité, de mes "richardises", des canulars, de mon humour, de mon succès, de mon bonheur finalement.

Non, dans mon journal, je parle principalement d'êtres et de choses m'ayant fait du mal : A, M, I, W, C, des êtres que je n'ai pas aimé d'amour, des êtres que j'ai fantasmés parce qu'ils m'ont fantasmée, des êtres qui ne savent pas que je suis capable d'arracher les pages de mon journal pour les déchirer, les mettre dans la bouche puis les recracher. Des êtres qui, s'ils savaient ça, m'aimeraient encore moins et se diraient "ziva, c'est quoi c'te meuf?!!!"

C'est peut-être pour ça que je ne parle pas de toi, ou peut-être pas...

1 commentaire:

narcissist a dit…

la vie est un spectacle... fais en sorte qu'il soit réussit!
PS : moi j'aime bien ce petit spectacle.