mercredi 6 décembre 2006

Impossible de m'oublier mais dur de se souvenir de moi

Depuis que M. m'a annoncé trouver ridicule le fait de bloguer, que JM l'a approuvé, je me retrouve un peu tiraillée entre la volonté d'écrire ici des conneries et celle d'écrire des intelligences sur papier.
J'opte pour les conneries car j'aime bien être conne, ça rassure tout le monde, ça flatte la populace et moi ça me fait terriblement marrer.
En revanche, je ne sais plus trop quoi écrire puisque je n'ai droit qu'aux conneries si je veux donner raison à M JM.
Possible qu'avant j'en écrivais déjà pas mal, mais je les prenais vraiment au sérieux, il va me falloir écrire juste des conneries viles, superflues, exercice difficile finalement. J'en déduis que ce n'est pas si ridicule de bloguer tant que ça nous sert, ou dessert (je me ferais bien un Maronsui's d'ailleurs).
Donc, je vais continuer comme avant. De rien de rien, je rougis facilement vous savez, arrêtez!!
Frustrée néaanmoins car je ne peux me permettre de vous narrer la suite de "Mel et les garçons"puisque le protagoniste du moment s'avère un lecteur potentiel de mes futilités. Je ne vais donc pas vous raconter ce qui lui plaît chez moi, ce qui pourrait me plaire chez lui, ni vous faire savoir que je trouve regrettable de l'avoir ajouté à mes contacts MSN, moyen de communication aussi factice que notre rencontre fut réelle. MSN, je vous l'annonce m'apparaît même dangereux : en effet, ces émotiCONS fourvoient nos émotions en parlant à notre place, mais mal, et le problème du ton, de l'ironie, de la cristalisation, du tout- trop vite, des "take care beauty", des lol en veux-tu en voila, des smileys de cul (je joue ma puritaine, et oui Monsieur!) et j'en passe.
Bref, des banalités dont vous ressentez certainement les méfaits quand vous avez une target (comme disent les jeunes). D'ou la distance que j'émets quant aux rencontres via Internet et ma volonté de préserver les rarissimes vrais rendez-vous puisque le protagoniste du moment arrive après I. en terme de rencontre de la vraie vie, donc deuxième après Mi. Il en a de la chance!
Si vous voulez tout savoir et pour donner raison à M. et JM quant au ridicule du concept-blog , je suis en jogging la et je m'apprête à rejoindre mon prof de gym PD à la Gérard des filles d'â côté staïle -qui se matte dans la glace tout le temps du cours pour voir ses muscles se mouvoir en même temps que nous, pauvres lectrices de Cosmo, dévoreuses de salade en sachets, et clientes du Champion Pigalle ouvert jusqu'à 23h30, luttons pour nous permettre d'avaler 2 ou 3 crottes au chocolat pendant les fêtes en levant nos bassins, les baissant, les levant, les baissant, et plus vite, plus vite, plus viiiiite, hmmm, quel beau mercredi s'annonce alors....

7 commentaires:

Prune a dit…

Voici un outil très pratique que le smileys ou emotiCONS. Oui, vous savez, ces sous-titres à émotion qui remplacent avec bonheur les !, les …, les "", que sais-je encore…! Elles sont charmantes ces petites têtes jaunes qui expriment le contentement béat.

Et pourtant, quelle ironie que cette BD du sentiment: à une blague ponctuée d'un ;-), répondez par un joyeux :-D puis lancez un wizz dans cette liesse généralisée. Au royaume de l'image, le smiley contenté (et poliçon) est roi. Pas le droit d'être triste!

Et pourtant, je sens quelque chose qui grince au fond de moi, une impression désagréable chaque fois que j'envoie un smiley. Quel rapport entre ce smiley stéréotypé et mon sentiment? J'ai un étrange goût d'Orson Wells dans la bouche, où le doubleplusbon s'exprimerait par trois :-D

Le sentiment est de l'ordre de ce qui se lit entre les lignes… A-t-il besoin d'être étiqueté?

Mel a dit…

Beaucoup d'entre nous ne savent plus lire entre les lignes; tout doit être montré, par trop affiché.Comme dirait un vieux chanteur des années 80 Machin de quelquechose (celui qui me retrouve son nom peut assister gratos à une séance de gym) : tout le monde veut que tout le monde l'aime, mais personne n'aime tout le monde. Je sais, ça n'a rien à voir, ni avec le commentaire de Prune, ni avec les Emoticons (quoique..), cette chanson s'appelle "cash city" et c'est celle que j'ai en tête aujourd'hui.C'est mieux qu'"Emilie Jolieé que j'avais hier, non? Enfin...

Mel a dit…

Je sais, le titre n'a pas grand rapport avec le contenu du texte mais j'aime bien cette phrase, c'est la mienne.

Ju a dit…

y a des mecs à la gym? cela m'étonnerait que tu fréquentes ce genre de lieu, sinon!

Mel a dit…

Oui, y a un mec, le prof et avec lui c'est barres de rire sur barres de rire. S'il était des mâles dans la salle, je ne la fréquenterais pas, syndrome de la timidité en jogging-queue de cheval-sueur. Voila, Ju.

Aleks a dit…

Luc de la Rochelière ! j'm bien oci cette chanson, cette phrase ... (sans frimousse)
http://www.paroles.net/chansons/12317.htm

-M- a dit…

Merci! :D