lundi 2 avril 2007

Sinusoïdalement vôtre

Malgré cette sinusite chroniquement sinusoïdale (j'adore ce dernier terme en ce moment, je l'emploie à tous bouts de champs pour le bonheur des ignorants dont je suis la meilleure représentante), c'est avec une joie non bancale que je me livre, comme à l'oral...

Mon prof de dessin m'a demandé aujourd'hui le titre de mon mémoire : quand je lui ai répondu qu'il était question de la marotte, il m'a répondu que je n'avais guère besoin de traiter de ce sujet car, étant ma propre marotte, je me suffisais à moi-même.

Comme je me sentais briller et comme j'énervais mes collègues!

Apre mais douce sensation.
Comme dans toutes choses : j'aime ce que je déteste et je veux plaire à tout-le-monde tout en oeuvrant corps et âme pour leur déplaire de prime abord.
Une façon de filtrer.
De me mettre de côté les élus.

Ceux-ci, d'ailleurs se dissolvent considérablement parmi mes collègues.

Mais quelqu'un peut-il seulement prétendre se substituer au Néo de Matrix?
Si tel est le cas, je n'attends que lui, depuis la nuit des masques, la nuit où l'Image s'est muée en mirage.

Je m'accroche fermement à mon fantasme d'une non-relation avec lui ou ça plutôt ou ils -tant qu'on y est- pour ne pas avoir à réaffronter de nouvelles prises avec des mortels juvénils tels Juvénal, l'homme sans innoncence, Max et moi-même.

Et ce confort Bultex me rassure autant que la perspective d'être en arrêt maladie demain.

Quel havre de paix cette relation pure!
Pas de sexe, pas de maquillage, pas de préparation, pas de bilan mais du jeu, du en veux-tu, en voilà pas.

A quand le n'en veux-tu pas, en voilà?

3 commentaires:

Staner a dit…

La non-relation avec un non-rendez-vous tout ça avec un non-maquillage, méfiance tu vas finir par devenir Bouddhiste !
Remarque si tu viens avec ta non-robe, faut voir ...

-M- a dit…

Avec ma non-robe...Je vais méditer dessus...

Lo a dit…

C'est curieux comme on peut se retrouver chez les autres, surtout quand on ne les connait pas, ou peu, ou trop, ou juste assez aussi (c'est le côté curieux des blog où l'on exhibe notre pudeur).