jeudi 7 juin 2007

Bar toi

Incipit



Merci pour ton cadeau d'anniversaire Marcel; tu vois je l'ai enfin essayé!
Mais qu'on arrête de me chanter que les bonbons, ce n'est pas périssable...!



Développement

Le soir, quand je rentre chez moi, j'éteins mon portable. Puis je l'allume, inexorablement, chaque heure puis chaque demi-heure, puis chaque quinzaine de minutes pour tenter d'être surprise par un simple bip vibrant annonçant le message d'un beau. Entendre sonner son portable alors que celui-ci, allumé, ne demande que ça symbolise cette banalilté qui m'effraie. Da ist mein Problem.

La tentation mélée à l'espoir permanent de la surprise, oui, c'est cela qui me tient encore debout aujourd'hui.

Il y a ce barman de la rue Rodier, dans son rade de quartier des plus déniapés qui me regarde passer depuis 9 ans et me voit me retourner et suivre son regard jusqu'à ce qu'un immeuble ait raison de notre songe visuel. Je n'ose jamais suivre un beau regard inquisiteur d'ordinaire, un de ceux qui me cherchent, jamais.
Il y a donc ce barman, beau comme un Mi et moi, parfois pas mal, qui me plaît à faire croire que j'aime un garçon que je n'ai pourtant pas envie de voir nu (Indochine est dans la place).

En effet, j'ai bien réfléchi sur lui, et ce tant et tellement que cette masturbation mentale a pris le pas sur toute notion de désir brut, animal.
Je ne l'imagine pas nu dans mon lit, tous poils dehors, sgeg au garde-à-vous en train de me compter fleurette pendant que ma guitare me démange.
Je ne l'imagine même pas en train de m'embrasser car j'ai la certitude qu'une simple bise de sa part me ferait rosir fuschia, c'est tendance comme couleur de vernis, mais cet apparat est loin d'être une couverture.

Je ne sais pas ce que je veux avec lui.
J'ai certainement besoin d'un alibi pour ne rien vivre avec le barman, B., ou l'homme sans innocence, qui pourtant nourrit en moi ces fameux désirs bruts.
A croire que je leur préfère les allégories. (Mais putain, faudrait que je ken quand-même!)


Il est rare que je vous fasse intervenir, chers lecteurs,mais en juin, paraît que c'est pas mal de s'insérer dans un débat participatif hautement philosophique alors voilà votre part de gâteau :

-Vous arrive-t'il force d'idéaliser voire de sacraliser un être, de ne plus savoir si ce que vous ressentez à son égard relève du pur fantasme ou d'un désir réel?

-que ce même être inspire en vous un merveilleux baiser (qui résonne dans votre imagination comme la meilleure baise de votre vie) que vous n'osez lui donner (tant ce baiser est intense, tant ce garçon vous intimide) de peur de lui donner avec ce baiser, un peu de votre vie...?




Excipit

Si je rallumais mon portable, tiens...?

25 commentaires:

pascal a dit…

Si je peux me permettre, mais sans pour autant vouloir porter aucun jugement, ca peut arriver à des gens très bien, hein ? Mais barman pendant 9 ans dans le même bar... Punaise.
Et sinon tu ken pas du tout c'est ça ? T'as même pas de plan B, C ou D qui te permettent d'oublier momentanément dans de la chair pure tout ce que tu n'as pas (peu importe pourquoi tu ne l'as pas d'ailleurs) ? Damn.

-M- a dit…

(marrant que j'ai classé ce post comme "cul-turel" !)
Des plans a, b, c , d, q, q , q , q , j'en ai à foison. Tant et tellement que ça me dégoûte presque.
Et ce que je comprends de moins en moins, c'est que j'ai de plus en plus de mal à "aimer pour la beauté du geste" pour mettre un peu de poésie à la bagatelle.
Mais, il le faudrait, peut-être...

S a dit…

Tu veux qu'on réponde à tes questions, c'est ça?
heu, bah, je crois que tu devrais coucher avec ce mec (j'ai pas compris si c'était le barman que tu kiffais en passant) pour savoir...

julie a dit…

9 ans c'est long.... Il est peut être tant de passer à l'action. Ca m'est arrivé plusieurs fois. Des fois je suis passée à l'action et le fanstasme était mieux, d'autres fois le réel était beaucoup mieux et des fois je me suis gardée le fantasme pour moi, dans mon jardin secret, de peur peut etre de me prendre un rateau. Mais la je pense que tu devrais foncer pour savoir, voir et être fixée

-M- a dit…

Merci Julie! Mais, ce barman ne représente à mes yeux qu'un PQR (plan-cul régulier) potentiel, ou plus (si je veux m'en donner la peine), mais là n'est pas le propos...
Ma question concerne un autre!!
Je n'ai pas du être très claire, désolée!

Hapax a dit…

Le mélange de la photo et de la question est assez... intéressant. ;-)

+ sérieusement, vaste sujet. Trop vaste pour commenter juste sur un post...

-M- a dit…

Hapax : il n'y a que deux minuscules questions. Essaie encore...!

Joli Kiwi a dit…

Et ben voilà. La ligne est allégrement passée: Tu poste tes nibards sur internet... Bravo. Encore bravo...

Hapax a dit…

Si gentiment demandé ; alors :

- parfois oui
- par contre non, les rêves sont faits pour être réalisés.

(je répondais aux questions, pas au commentaire sur la photo - je précise ;-) )

-M- a dit…

Non, je poste un assemblage de colliers de bonbons. C'est dans la lignée du livre d'amour du post "jai 5 ans"!
M'enfin!!

Hapax a dit…

Ouais mais c'est à tes lecteurs que tu vas donner envie d'avoir 5 ans.

Pour être tes élèves.

Et amoureux de la maîtresse...

Bon weeken' !

Connard Assumé a dit…

c'est quoi la prochaine photo?
le cul?
le trafic va augmenter si tel est le cas.

-M- a dit…

Pas très assumé, Maître connard : ton lien renvoie à Google, j'ai tapé "connard" mais tu ne m'es pas apparu!

-M- a dit…

Sinon, pour le soutif bonbons, je constate que cette photo s'avère des plus osées et que l'Ile de la tentation, c'est "l'ile aux enfants" par rapport. Désolée de t'avoir outré mais le très bon ami m'ayant offert ce délicieux cadeau m'a soumise à un pari que j'ai perdu. Ma sentence était la suivante : cette photo sur mon blog.

Enchantée, sinon ;-)

connard assumé a dit…

je n'apparaîs qu'aux gens qui le méritent.
ils se comptent sur les orteils d'un pied palmé.

bonne nuit à toutes.

-M- a dit…

Bonne nuit, Axl.

Lo a dit…

Et bien voyons voyons, je ne me lasse pas de relire mes expériences par ta main (rien de sexuel, juste par ta plume...quoique là aussi ça doit être amusant, euh... pardon je m'égare encore dans mes parenthèses). Mais donc oui un phantasme, idéalisé, l'intimidation je vois très bien, joli tableau de nos frustrations. Si tu l'idéalises même en sa présence ça peut être merveilleux, mais un jour ou l'autre la réalité reviens, mieux vaut s'y préparer (facile de dire "mais je suis consciente" et patati et patata et ça fini en consommation inconsciente de drogue dure comme le chocolat, en larmes et en pyjama toute la journée). En même temps je connais plus le phantasme que le monde réel et sexué (y'en a qui barmanise 9 ans, d'autre qui exprime leur hétérosexualité latente dans un chaste célibat)

Anonyme a dit…

Ca s'écrit pas avace un "f", Fanstasme ? (c)

Anonyme a dit…

avec, pardon.

Anonyme a dit…

Tu as déjà parlé de l’homme sans innocence, là tu parles de ce barman, mais qui est B. ?

-M- a dit…

B. est une belle affaire : jeune, frais, dispo, d'une beauté angélique, muni d'une chevelure très...chevelue..., affaire à suivre donc. Tu seras informé de nos négociations, Mlle anonyme.

Qui es-tu, au fait?

reflexvital a dit…

Bien évidemment que cela nous arrive, -M-.

Que crois-tu que tous les gros Matous viennent faire là, sinon rêver à la promesse de quelque chose de possible, mais qui ne se fera pas (c'est ça qui est formidable avec nos chers blogs : tous des fichus dragueurs(euses) ces blogueurs(euses) !) avec des garçons ou des filles (ou les deux,...) dont on connaît malgré tout beaucoup de choses à travers les dessous de leurs petites âmes...

Mr.Z a dit…

aie
je ne l'avais pas vu celle là
aie

-M- a dit…

Pourquoi aie?

Mr.Z a dit…

parce que ca donne envie de sucer des bonbons tout le week end pardi !!
rahhh ces parisiennes j'te jure !!!
faut tout vous dire
ceici dit moi qui ne m'émeut pas rapidement tu as un buste que j'admirerais pendant des heures au moins, je l'avais remarqué sur les autres photos mais là ..