dimanche 19 octobre 2008

Ennemis privés

Je viens de m’acheter des fleurs, justement parce que c’est périssable.

Après une semaine d’indigestion post-Giovannesque (vomis, nausées, amaigrissement) et de refus d’accepter de le voir tous les soirs depuis notre nuit fauve, j’ai fini par céder cette nuit parce que son souhait n’était que de se réveiller dans mes bras.

Il est arrivé à une heure du mat’, alors que dans mon lit, je reniflais et ronchonnais.
Il a tout de suite remarqué mon T-Shirt « I wanna be your dog » et m’a alors taxée de rockeuse.
- Que la nuit
-Ca tombe bien, il fait noir...

Étonnée qu'il n'ait nourri quelque autre allusion, je l'ai laissé m'embrasser.

Il a ôté ses vêtements et parce qu'il est vraiment beau, nous avons fait l’amour.

Ses premiers mots m’ont apaisée :
« Tu m’as manqué ! Comment as-tu osé me faire attendre si longtemps.. »

J’ai cette fois pris le dessus, en lui interdisant fermement de me parler d’avantage ou d’esquinter mon si joli minois.

Après l’amour, ses mains dans mes cheveux et cette éternelle phrase :
« Il n’y a qu’avec toi que je jouis et ça n’a rien à voir avec moi. C’est de ta faute »

Il a voulu s’endormir dans mes bras mais je lui ai tourné le dos.
Quand dans la nuit, il tentait de s’étaler, je le poussais et quand il ronflait, je le faisais méchamment taire.

Et ce matin : des baisers, des croissants, une douche commune, une discussion tournant sur la forme de mon profil Facebook :
« Qui sont tous ces mecs qui te tournent autour ? Tu as du succès sur Facebook, quand-même… »


Pas que sur Facebook, petit. Il va bien falloir que tu te mettes ça dans le crâne si tu veux qu’un jour, un prêtre, déguisé en Elvis, scelle notre union à tout jamais.

Enfin cette fin de matinée d'amoureux à Montmartre puis cette volonté commune, après le succès houellebecquien et ma correspondance d'avec Anais, d'écrire la notre : "Ennemis privés".

Hélas.

4 commentaires:

richard a dit…

C'est beau comme une chanson d'Alex Beaupain

CAPTAIN a dit…

eeeeh bé j'aimerai pas être un des mecs qui te tourne autour et encore moins un des mecs qui arrive à partager tes draps. Je préfère ma place de lecteur masqué innocent.

Charl' a dit…

je me demande… s'il ne jouis qu'avec toi… mais comment fait-il pour survivre sans toi !??

(et on dit que les femmes sont compliquées)

-M- a dit…

Richard : Juste un sobre Merci.

Captain : Bah, pourquoi donc?
(lecteur pas si masqué que ça)

Charl' : Moi aussi je me le demande. Tiens, si je lui demandais à lui...?