mercredi 13 juin 2007

Macha

Me faire croire que je l'aime, lui, me l'imaginer à l'égal de mon père à son âge.
Le cueillir daron, marié et tenter de le faire dérailler n'est qu'une ultime façon, presque machiavélique de me rebeller contre ma mère.

Cette mère, c'est aussi sa femme à lui, que je plains à l'en aimer, à qui je souhaite offrir la meilleure opération pour lui faire recouvrer la vue.
Défi perdu avec ma propre mère.

Peut-être avait-elle raison de pardonner à son amour de mari, peut-être n'a-t-elle fait que réclamer son infidélité par sa froideur et son féminisme par trop "royalisé".
Peut-être son evanescence à lui a t-elle participé à l'amour qu'a voué cette femme tant d'années à mon paternel...
Peut-être ne l'aime t-elle pas et se fout de tout ça...

Comment aurais-je pu aborder avec Noémie ces questions si cette jeune-femme pure n'avait pas constaté qu'il était mon type d'hommes et que mes critères m'enfermaient dans cet "amour" pour mon père?
Noémie m'a affirmé que je me plaisais à l'associer à mon père au même âge, que c'était la représentation que je m'en étais faite.
J'ai convaincu celle-ci de mon amour pour lui, par le simple fait qu'au premier regard, il m'avait conquise, marié ou pas (comment aurais-je pu le savoir, il était l'accessibilité même).
Elle m'a dit que dans mon cas, il était "out", même si je l'aimais. Là n'était pas LE problème...

Et que par ce rêve d'inceste, j'ai fait le plus grand pas de ma vie : celui du renoncement.

Quand, l'air hagard, je lui ai demandé à quoi je renonçais, celle-ci m'a répondu que le fruit de ma réflexion allait me faire franchir le cap le plus important de ma vie (psychique). Santa Barbara, nous revoilà.....!

Soirée à la fourmi avec Adeline. Draguées par 2 détenteurs de bite. Si moches que leur bite restera un mystère. L'un d'eux, directeur artistique (à 25 ans mec, biensûr que t'es crédible!) me fait part de ses problèmes de couple, des 6 ans depuis lesquels il n'en peut plus de sa copine. De ses infidélités non avouées, de ses infidélités à elle avouées.De ses penchants à elle pour les clubs échangistes, jet-setteuse oblige. De ses problèmes de cul aussi. Il me drague ce porc.

Désolée mec, Macha Béranger is dead.

9 commentaires:

Charl' a dit…

(putain dur la vie d'artiste) (ces mecs qui se confient) (…)

reflexvital a dit…

Je ne vais m'exprimer sur le contenu, quoi en dire, c'est très intime tout ça, par contre le mec moche avec la teub mystère directeur artistique à 25 piges, euh, oui, évidement il y en a fait. Perso j'en connais. Simplement DA en quoi (pub, music, mode...)

Hapax a dit…

Le transfert œdipien… tu fais pas un peu dans la facilité, là ?

Marrant ton commentaire sur ce pathétique numéro de drague ; sauf proximité de lieu dû au hasard, pauvres mâles que nous sommes nous ne connaissons évidemment pas les propos parfois faiblards et caricaturaux que nos congénères peuvent sortir pour (tenter de) séduire la gente féminine… Je ne sais si c’est injuste car parfois bien fendard, ou un bienfait car ne nous privant pas des dernières illusions que nous plaçons dans le genre humain…

-M- a dit…

R : DA en informatique (j'ai pas écouté grand chose)

H : Au contraire. Cette analysé est bien moins facile que celle que tu as émise pour mon rêve!(non, je ne te blâme pas)

Hapax a dit…

(c'est gentil)... alors, disons dans le lieu commun ?

-M- a dit…

Si Noémie fait dans le lieu commun, comment peut-on qualifier l'analyse que tu as faite de mon rêve?!!
Va.....

Hapax a dit…

Nul désir de me mesurer à Noémie ni de minorer ses qualités, Œdipe est tellement classique … Et les problèmes de « référent masculin »… pour être honnête, j’ai l’impression d’avoir donné y’a pas longtemps, même si le cas de la demoiselle était fondamentalement différent… du coup je trouve ça moins drôle Œdipe... Et je m’attendais à plus d’originalité...

Mais sinon… A deux balles, mon interprétation pseudo-freudienne, à deux balles… et je t’en devrais encore la monnaie… ;-))

connard assumé a dit…

bien bien.
alors tu l'as rembarré comment ce gros connard?

-M- a dit…

Tout simplement en quittant l'assemblée