dimanche 9 septembre 2007

Case- toi, tu pues


Levée à 7 h 30 un dimanche : je ne vis qu'au travers de mon statut professionnel en ce moment.Je me lève instit', je bouffe instit', je dors instit', je baise instit' (...) quand d'autres sont maîtresses : je me demande encore ce qui me conviendrait le mieux...

Je vais devenir aigrie car "juste instit'"comme beaucoup de mes "semblables", penses-tu?
Mouais, peut-être mais au moins, mes discussions ne tourneront pas autour de mon mari- qui-je comprends pas, rentre de plus en plus tard et part en séminaire 4 jours, bizarre un séminaire quand on bosse à la poste...ou de mes enfants si petits mais déjà si bons en classe.
Aucun risque, je suis trop fainéante et trop lucide pour les trouver, eux.

Je n'écris plus ici hebdomadairement et ça devient de fait plus difficlie de fluidifier mes idées, de faire couler mes pensées.

J'ai tristement remarqué que l'apparence revêtait une importance cuisante dans un métier, quel qu'il soit. Depuis la rentrée, il m'est arrivé juste de m'habiller "bien", genre talons attitude, pas instit' quoi : ces jours là, mes co(n)llègues n'ont pas daigné m'adresser la parole!

Le soir même, je discutais avec Anaïs à propos de la situation matrimoniale des instits : TOUS maqués, elle me répondait alors :
"Bein, j'comprends pas, y sont tous môches!". Je relatais alors mon expérience de la "beauté" (putain, juste des talons un beau petit jean pas de maquillage, ça aurait été l'assassinat sinon?!) décrite ci-dessus et me demandais si, finalement, avec les mecs, ce n'était pas un peu pareil, si la laideur, du moins la banalité les rassurait et donc les attirait.
Etre lambda-casée ou soi-même & seule-toute, telle est ma question.
Tu la connais la réponse!

Pas trop d'inspiration, là.

Facebook, c'est pas mal foutu, je n'ai pas revu "Petis S." depuis la soirée foot et nous nous manquons. Malgré un panier rempli sur Meetic, je ne rencontrerai aucun de celui qui le composent, un connard de daron a osé hier, lors de la réunion parents-élèves mettre en cause mon système de sanction et gueuler devant tout le monde que je n'avais aucune expérience : Il m'a foutu en l'air ma journée le babos si bien qu'à midi je suis allée fluncher toute seule, Non? Si!!

J'ai matté "Little Miss Sunshine" hier soir pour me calmer et puisque c'était the film à voir et je sais qu'il ne laissera pas en moi de souvenirs impérissables : mignon, on va pas demander la lune non plus, juste le soleil.

J'en ai presque marre, en vérité.

9 commentaires:

hellohlala a dit…

hello mèle, je comprends que tu te fasses rare ici, j'en causais (mail) avec ma soeur (maîtresse des écoles) il y a cinq minutes, pareil. C'est la rentrée bouffeuse d'énergie, tu peux y aller en survêt', et à la Toussaint, shazam, tu attaques et place tes piques sexy-qui-tuent.
J'ai adoré : "je baise instit' (...) quand d'autres sont maîtresses". Sublime.

-M- a dit…

Ravie que tu me comprennes!
Merci.

hellohlala a dit…

Il y a vingt minutes, je venais d'acheter mes pommes (merci du conseil, t'es une soeur) rue des Victymes, et cette boutiquette, là devant moi... ?! ce Bridget en rose shocking... ?! hé hé, le monde est petit.

rico75004 a dit…

Rooohhhh Mèl faut garder un mental positif !!!

Lorsque nous laissons la haine, l'envie et l'intolérance vibrer autour de nous, nous risquons d'être consumés par ces vibrations.... Lorsque l'énergie de l'amour apparaît, elle commence à transformer l'univers qui nous entoure...

Certaines choses doivent s'accomplir au rythme approprié...patience

petit e. (1m75) :p

Fred. B. a dit…

On dit souvent que la beauté est aux femmes ce que le pouvoir est aux hommes : leur premier atout de séduction. On ne dit pas qu’un joli visage est aussi une barrière. La beauté attire les crétins vulgaires et laids, effraie les timides intelligents et tendres. Elle effectue un mauvais tri : c’est pourquoi les jolies filles sont toujours avec des connards. La beauté physique devrait plutôt être comparée à la célébrité qu’au pouvoir : éphémère comme elle, tout aussi factice et destructrice, elle est le pire critère d’une rencontre.

Charl' a dit…

Est-ce que l'idéal féminin (masculin) existe réellement ?
Et, est-ce qu'à force de le chercher justement on le trouve encore moins…

(je t'offrirai une baguette magique ma belle) ;)

-M- a dit…

Fred B : Beigbedder in l'Egoîste romantique. J'avais relaté ces mots justement après avoir lu ce bouquin que j'ai autant adoré que les autres l'ont détesté.

-M- a dit…

Hapax!!! Merci pour la carte. Touchée, je suis.

Hapax a dit…

Pas pu ne pas penser à toi en le lisant. Beigbeder reste un publicitaire : le sens de l’aphorisme prime sur celui du développement ; il excelle dans les very short stories plus que dans les romans (à l’exception de l’amour dure trois ans, mais est-ce encore un roman ?)… l’égoïste m’a davantage plu qu’Au Secours…

(ravi que la carte t’ai touché – un autre mode interactif - ;-) )