jeudi 21 août 2008

La Mel et les abeilles


(Marseille, plage du Prado, il y a 2 jours.)



Mes lunettes sont sales autant que mes idées brouillées.
Le 13 août, parée de lentilles, tout était alors presque clair...

Mon bronzage est à son comble, mon décolleté n'affiche néanmoins pas les mêmes promesses que l'année passée puisque je ne prends plus la pilule depuis que je collectionne les mâles sans garantie.

Vincent m'envoie de longues lettres adulescentes alors que son visage est marqué par un mal de vivre digne d'un quinqua, il croit me gâter par des textos même pas inclus dans son forfait de pauvre, et un MMS de sa tête me fait tout, sauf rêver.

Depuis Vincent, il faut dire que G., l'homme parfait, m'a dit que son amour pour moi était plus fort que la poussière.

Le petit musclé s'est manifesté et veut que je lui fasse une dictée.

Quant à mon marin, il me téléphone à nouveau, m'affirmant que pour lui, rien n'est fini.
Ses "Je t'aime, mon panda" ne sont à mes oreilles plus que maux.

Juste le voir pour vouloir encore y croire.

Je lui demande alors de venir à Paris et lui de se refuser à cette corvée puisque c'est moi, "l'enseignante planquée", qui me targue de cette insolence d'être encore en vacances.


Le marin est aussi égoïste que moi indécise quant à mes amours.

Je suis en effet de plus en plus consciente que l'Amour, dans tout ce cortège rampant, demeure l'éternel absent.

5 commentaires:

Charl' a dit…

Sur la plage… abandonnée… (très beau tes pieds)

richard a dit…

Pour être plus précis, tes pouces sont magistraux !!!

-M- a dit…

Merci, merci mais j'ai comme l'impression que cette seule photo annihile toute ma prose!

CAPTAIN a dit…

"plus fort que la poussière" ? eh bé. et pourtant, j'en dis moi des conneries. Mais là. Je m'incline. Vincent, Champion du monde.

-M- a dit…

Ah non non non, ce n'est pas Vincent qui m'a dit ça! Vincent, je le connais depuis quelques semaines!
C'est G., le mec que je connais depuis 10 ans, allons donc!